Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 mars 2010

L'or

009 - Copie (3).JPG

Pour symboliser mon union avec l'homme de ma vie, il y a dix ans, j'ai choisi de porter une alliance fait de trois anneaux : or jaune, or rose et or blanc.

 Mon premier regard c'était posé sur une bague sertie d'émeraudes, de petites pierres précieuses taillées avec doigté et alignées en file indienne sur un anneau.

 Elles attiraient l'œil et j'aimais leur couleur pure et claire, mais le prix exorbitant m'a soudainement ramené sur terre.

 Je me suis fait une raison, je ne m'endetterai jamais pour une pierre aussi belle soit-elle et si elle était plus belle que moi, à quoi servirait-elle sur mon doigt ?

 Une bague devrait mettre en valeur celle qui la porte, et là sur mon annulaire on ne verrait plus qu'elle et ses reflets verts sous le jeu de la lumière solaire,

 Ou bien c'est moi qui ne cesserai de me perdre dans ses nombreuses facettes jusqu'à oublier tout le reste.

 Alors j'ai choisi de me vêtir d'or, un métal précieux et envié, sorti des profondeurs de la terre et qui a fait vibrer de nombreux rêveurs.

 J'ai pu tenir dans la paume de ma main une pépite d'or, minuscule, sortie du fleuve Maroni, lors de mon voyage de noces.

 Mais c'est étrange, je me souviens surtout de cet enfant qui était perdu au milieu du bruit de ce bâtiment énorme où fonctionnaient les machines des orpailleurs qui ravinaient le fleuve.

 Tout ça est bien loin maintenant, mais je me rappelle encore son visage et ses yeux si troublant.

 Oui j'aime l'or mais je n'en suis pas folle. Je préfère la lumière des regards à celle de l'or.

 

L'or brut

 

L'or brut que dilapident

Certains conquistadores,

habille les pyramides,

Des tombeaux qui honorent

Les plus grands pharaons,

Et leurs précieux trésors,

L'enfant Toutânkhamon

Et son éternelle mort.

 

Dans la vallée des rois

A côté de Louqsor,

Je comprendrai pourquoi

Cette conquête de l'or,

Le balayage des fleuves

Quand se pointe l'aurore,

L'espoir d'une nouvelle preuve

Des heureuses cités d'or.

 

 

SMM

08:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bravo encore, ça me donne envie d'aller voir l'Egypte, ses pyramides et ses trésors!...

Écrit par : any | samedi, 06 mars 2010

Les commentaires sont fermés.