Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 janvier 2011

Poème : Le chant d'une sirène

 

357.JPG

 

Je crois en l'amour plus qu'en la vie,

Je te voudrais fou et le cœur avide

Sur mes seins mouillés de tous tes soupirs.

Je me vois saigner et mon âme faiblir.

 Personne ne pourra m’empêcher d’aimer,

Cruelle je serai pour tous ces damnés,

Dont les bras se tendent et ne fléchissent plus.

 Tu seras à moi pour l’éternité,

Et mes sœurs de sang ne pourront t’enlever

A mes mains rougies par cette volonté,

Que seule la passion m’a enfin dotée.

 Je serai de celle à qui rien n’est pris,

Une femme déesse aux pouvoirs maudits.

Cruelle je serai, dans leurs bras fragiles,

Amante et rebelle, dans les tiens solides.

Je veux tant pouvoir en toi tout gagner,

Même le plus malin de tous tes côtés.

 Tu es poursuivi par mon feu sacré,

Je veux te gagner et te posséder.

Tout mon corps de femme ne cesse de pleurer,

En toi je voudrais l’amour partagé.

 

SMM

09:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.